ce que je lis

Chronique – Gonelore t5 – Pierre Grimbert

Auteur : Pierre Grimbert

Editeur : Editions Octobre
Collection : La Croix des Fées
Parution : 2018
Pages : 320
Résumé de l’éditeur : Le destin semble s’acharner à séparer les chemins des Arpenteurs, alors qu’ils n’ont jamais eu autant besoin du soutien de leurs semblables. La plus ancienne école de la confrérie est une fois de plus en péril : la Mageronce doit se préparer à un nouveau siège, dans une guerre dont les enjeux dépassent ceux des simples mortels. Les vétérans seront-ils prêts à l’ultime sacrifice ?
Mon avis :  Cela fait déjà un moment que j’attends la sortie de ce tome. Je n’ai pas encore parlé de cette série, ni de Pierre Grimbert, sur ce blog car simplement j’ai ouvert Les mondes de Co bien après ma lecture de ces romans génialissimes. Pour bien vous dresser le tableau, j’adore cet auteur et j’aime plus que tout son imagination incroyable qui bouillonne et qui crée des mondes hyper complets et cohérents. Gonelore en fait partie.

J’attendais cette fin avec impatience donc. À la lecture des quatre tomes précédents, j’avais plein de questions qui se sont entassées dans un coin de ma mémoire et j’attendais que ce tome les résolve. Étant donné que j’ai dû attendre plusieurs années (trois ans je crois), je pense que j’aurais dû relire au moins le tome précédent… Je n’anticipe pas et j’entre dans le vif du sujet.

On retrouve tous les personnages où nous les avions laissé à la fin du tome 4 : Gesse, Nobiane et Radjaniel séparés à Foraven, Daelfine, Léhandre et Berris à Mageronce après l’attaque des chimères… Cette galerie de portraits impressionnante donne la possibilité à Pierre Grimbert de changer de point de vue dès que son récit en a besoin, afin de balayer l’intrigue de multiples façons. J’aime énormément cette astuce que l’on retrouve aussi dans d’autres de ses romans dont le fameux Cycle de Ji. Qui plus est, on entre très facilement en empathie avec les personnages. Petite mention pour les personnages féminins, que je trouve beaucoup mieux travaillés que dans d’autres choses que j’ai lues de cet auteur !

Le monde est encore plus approfondi : en cinq tomes, petit à petit, on comprend la complexité de son fonctionnement et de son histoires. Je trouve également que les enjeux politiques sont plus présents que dans les autres tomes, ce que j’ai apprécié.

Je trouve ensuite qu’il y a une incohérence de rythme. Tout cela est sans doute de ma faute : mon temps de lecture a été assez inégal entre le début et la fin. Néanmoins, j’ai tout de même l’impression d’attendre que les choses arrivent pendant une grosse partie du début, durant laquelle je me suis retrouvée avec mes questions dans réponses, et d’une fin très rapide, très rythmée, peut-être trop car beaucoup de choses se passent sur plusieurs plans et la vitesse des événements rompt trop avec le reste. Cela m’a donné l’impression d’une fin trop rapide.

Néanmoins, j’ai tout de même adoré ma lecture. Retrouver la plume de Pierre Grimbert et ses personnages très attachants a été un énorme plaisir. C’est une excellente saga, avec une narration bien menée, un monde bien construit, et une intrigue très intéressante. LISEZ !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *